Coup de gueule des pompiers « déterminés » mais « fatigués »

La Corse connaît une forte pression incendiaire. D’un bout à l’autre de l’île, de nouveaux départs de feu sont signalés, des sapeurs-pompiers mobilisés et chaque fois, de nouveaux hectares de végétation partent en fumée.

Une situation qui engendre colère, crispation et un sentiment d’impuissance…

À l’approche d’un énième épisode venteux annoncé, les sapeurs-pompiers du Sdis de Haute-Corse ont souhaité sensibiliser, informer et manifester leur « écoeurement ».

Le temps d’une lettre ouverte, les soldats du feu abandonnent leur casque pour tirer la sonnette d’alarme. « Les héros » de ces derniers jours lancent un coup de gueule. Révoltés, fatigués, ils montent au créneau pour que chacun « entende, mesure, comprenne et agisse ».

D’une même voix, ils confient être soumis à « une pression constante et interminable ». Et avouent : « Nous vous alertons sur notre écoeurement, notre épuisement, notre surexposition humaine et matérielle et pour vous faire prendre conscience que nous sommes en danger. Nous les intervenants mais également les citoyens, les résidents et les to uristes. »

« Nous vivons tous dans une poudrière »

Face à la violence des incendies, les conditions de lutte ne sont plus jugées « h abituelles. Les vitesses de propagation des incendies, même sans vent, dépassent toute ré férence. » Le ton se veut alarmiste, sans ménagement aucun : « Nous vivons tous dans cette poudrière qui explosera si l’on continue de la sorte. »

Les sapeurs-pompiers de Haute-Corse ont choisi la voie des médias pour lancer leur message. Pour interpeller « l’inconscient, l’imprudent ou malheureusement le criminel » .

« Prends la mesure de ce que tu fais ou envisages de faire. Il arrivera un moment où nous serons en retard, où nous aurons moins de moyens, moins de chance aussi. Peut-être également plus d’eau pour éteindre, ou nous ne pourrons pas venir parce que nous serons engagés sur une autre mission (…). »

Sans vouloir remettre en cause leur engagement, ils confient que si le « courage et le dévouement » sont leurs moteurs, « personne ne mérite d’être blessé, brûlé ou tué ».

Le manque de moyens aériens dénoncé

Évoquant d’abord les restrictions budgétaires, le défaut d’équipement en termes de moyens aériens adaptés à la Corse mais aussi la désertification des zones rurales, l’absence de débroussaillement réglementaires, ils poursuivent par la liste des contraintes rencontrées sur le terrain.

Hier, aujourd’hui et demain, pompiers professionnels, volontaires, réservistes communaux et sapeurs-forestiers seront de nouveaux appelés.

Mobilisés pour faire barrage au feu. Et ils auront besoin de l’ensemble des citoyens pour mener le combat.

Ils lancent un appel à la solidarité : « Aidez-nous à faire en sorte que la pression ne soit pas seulement supportée par les acteurs de la Sécurité civile, par les élus de proximité et les populations. La pression doit changer de camp, elle doit peser sur ceux qui détruisent la Corse par le feu (…). »

Le rôle des citoyens est « irremplaçable »

Un message collectif signé de pompiers « déte rminés » mais « fatigués ».

Des hommes et des femmes qui craignent le pire. « Cette année plus que jamais, rien n’est prévisible. Prenons-en conscience pour éviter de pointer les sauveteurs ou de pleurer sur leur sort si le drame annoncé se produit. »

Les sapeurs-pompiers ont besoin des citoyens. « Votre rôle dans la surveillance active et la dissuasion des incendiaires reste irremplaçable. Simu fatti per salvà, micca per soffre di ferite, ancu menu per more di a pazzia di l’omu. »

 

radiosp

leave a comment

Create Account



Log In Your Account