Les pompiers du Nord, « au bord de l’explosion », manifesteront le 17 octobre

Une assemblée générale des pompiers était organisée, ce vendredi matin, à la caserne de Maubeuge. L’intersyndicale du Nord appelle à un mouvement social, le 17 octobre, à Lille pour dénoncer un déficit de 250 postes de pompiers dans tout le département.

Plus de deux heures de discussion. Voilà combien de temps aura duré l’assemblée générale organisée, ce vendredi matin, dans les locaux de la caserne des pompiers de Maubeuge. Des AG délocalisées étaient aussi organisées simultanément à Douai, Lille et Fort-Mardyck. L’intersyndicale ratisse large : CGT, CFDT, CFE-CGC, FO, CFTC, SA 59 ou encore Sud-Solidaires se sont unis pour dénoncer une dégradation des conditions de travail dans le département. L’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe n’est pas épargné. «  Les pompiers sont au bord de l’explosion  », résume l’un des représentants de l’intersyndicale.

En cause, un manque de 250 pompiers sur les effectifs théoriques. La hiérarchie n’est pas non plus épargnée. Il manque à l’appel 120 lieutenants et 75 capitaines. «  En guise de réponse, on a une direction qui nous promet un plan d’embauche de 100 pompiers sur trois ans. Sauf que, sur cette même période, on aura 180 salariés qui devront partir à la retraite. C’est ridicule  », souffle un membre de la CGT.

Au quotidien, il faut donc composer les équipes d’intervention en prenant en compte cette pénurie. Du coup, ce sont les pompiers volontaires qui sont appelés à la rescousse. «  Ils sont sursollicités, dénonce l’intersyndicale. Ce n’est pas tenable, car les volontaires doivent composer avec leur vrai travail et leur vie de famille. Là, ils enchaînent les gardes.  »

Un risque pour la population

À terme, si rien n’est fait, il y aurait un risque pour la population. Les syndicats prennent l’exemple d’incendies où des pompiers de casernes plus lointaines seront amenés à intervenir. «  Il faudra plus de temps pour être opérationnel, donc plus de temps pour éteindre un feu. On pense aussi au temps d’intervention qu’il faudra pour les malaises cardiaques.  » Le risque pèse également sur les membres de la profession, exposés à des conditions de travail de plus en plus difficiles. Comme le rappelle l’intersyndicale, «  15 pompiers ont démissionné cette année, on n’a jamais vu ça. Le précédent record était de 7. Notre département n’est plus attractif.  »

Dans ce climat, les syndicats appellent à un mouvement le 17 octobre à Lille.

la Voix Du Nord

radiosp

leave a comment

Create Account



Log In Your Account